Divorce : deux maisons, deux éducations ?

divorce et l'éducation des enfants - 2houses

Laxisme chez papa, rigidité chez maman… Lors d’une séparation, les principes éducatifs se trouvent souvent au cœur du conflit. Malgré les divergences de valeurs et le désamour au sein du couple, l’important est de sauvegarder le lien parental et de protéger les enfants de la guerre des ex.

Un divorce, c’est une évidence, sépare les conjoints. Pas les parents. En théorie. Mais en pratique, il arrive bien souvent que l’accord éducatif qui prévalait avant le divorce vole en éclats. Les différences de points de vue, de valeurs et de principes deviennent alors autant de sources de conflits, alimentés par la rancœur ou la rivalité. « Lorsque le père et la mère vivent ensemble, les règles éducatives ne sont pas énoncées, explique Jocelyne Dahan (directrice du Centre de recherche et de médiation à Toulouse et coauteure de Se séparer sans se déchirer, Robert Laffont, 2000). Chacun a son rôle et le consensus s’opère. Mais avec la séparation, tout se focalise sur les divergences. Et lorsque la communication est difficile, tout ce que fait ou propose l’autre parent est refusé et rejeté, juste par principe. »

Brutalement confrontés à la réalité de la séparation, parfois pris dans les tirs croisés de ces deux adultes qui continuent leur guerre, les enfants sont encore plus fragilisés par deux modes d’éducation opposés.

Des différences inévitables

« L’idéal serait évidemment que les parents séparés parviennent à assurer une certaine cohérence éducative, estime Jacques-Antoine Malarewicz (Le complexe du petit prince, Robert Laffont, 2003), psychiatre et thérapeute familial. Je dis toujours à ceux que je reçois que si les choix amoureux et conjugaux sont multiples, les choix parentaux, eux, sont limités. Concrètement, cela signifie que, dans ses deux foyers, l’enfant doit rester à sa place d’enfant – ni instrument, ni confident –; que ses parents doivent veiller à son confort physique et psychique; et qu’ensemble, ils doivent cerner les points sur lesquels ils vont garder tous deux le cap : la gestion du temps – jeu, travail –, du territoire – sa chambre – et ses liens avec l’extérieur – sorties, loisirs, téléphone portable, etc. »

Voilà pour les grands principes. Mais dans la réalité, ce sont sur des points très précis ou des modes de faire que les divergences éclatent : l’un reproche à l’autre des couchers trop tardifs, des devoirs insuffisamment contrôlés, des permissions de sortie trop généreusement accordées; ou l’inverse, une attitude trop protectrice ou trop contrôleuse. « Trop laxiste ! »; « Trop rigide ! » : ce sont sans conteste, selon les thérapeutes et conseillers familiaux, les accusations les plus fréquentes. « Chacun est persuadé d’être dans son bon droit et, curieusement, ce n’est pas faux, convient

Stéphane Clerget, psychiatre pour enfants et adolescents. Car, dans le couple, il y a toujours un parent émancipateur et un parent protecteur, et l’enfant bénéficie de cet équilibre. Le conserver après le divorce est une bonne chose. »
Si l’enfant essaie de tirer avantage des différences éducatives, sur le mode « Mais chez papa – ou chez maman –, j’ai le droit de… », pas question de se perdre en longues explications ou justifications. « Il suffit de lui répondre : “Chez ton père, ça se passe comme ça, ici ça se passe autrement !” conseille le psychiatre. L’important est qu’il comprenne qu’il y a un cadre pensé et posé pour lui dans chaque foyer. C’est cela qui le rassure et le structure. À partir du moment où il n’y a pas d’excès, ni d’un côté ni de l’autre, donc pas de préjudice pour l’enfant, peu importe si ce cadre est un peu trop lâche chez l’un et un peu trop serré chez l’autre. »

Essayer de s’entendre sur les grandes lignes éducatives, et non sur les détails, c’est aussi ce que préconise Jacques-Antoine Malarewicz aux couples séparés. Car c’est dans les détails que s’expriment la singularité et la créativité de chacun. Un mode de vie bohème chez l’un, plus traditionnel chez l’autre… Peu importe le style, l’essentiel est que les mêmes règles de vie et interdits s’imposent à l’enfant dans ses deux maisons.

Le prétendu bien de l’enfant

Le problème se pose, précisément, lorsque le mode de vie ou d’éducation de l’autre parent est jugé préjudiciable à l’enfant – bien que dans les faits, ce soit rarement le cas, observent les conseillers familiaux et conjugaux. Les ex-conjoints continuent en réalité à régler leurs comptes au nom du prétendu bien des enfants, qui en souffrent, bien plus que d’avoir à s’adapter à deux modes de vie différents.

« La séparation ou le divorce ravivent des blessures, des rancœurs, mettent à jour des divergences trop longtemps refoulées, remarque Jocelyne Dahan. Il est par exemple fréquent que dans les cas de biculturalité, après le divorce, chacun retourne vers ses traditions et ses valeurs. Il n’est alors pas rare de voir celui chez qui vit l’enfant tenter d’effacer toute trace de l’histoire de l’autre. »
Même désir d’affirmation de soi au détriment de l’autre chez ceux qui laissaient leur conjoint, par confort ou par faiblesse, prendre toutes les décisions éducatives pour deux. « Refuser tout de l’autre ou faire exactement le contraire de ce qu’il fait exprime la plupart du temps une réaction agressive contre son ex-conjoint, et non un véritable choix éducatif, assure Stéphane Clerget. Dans ces cas-là, il faut faire preuve d’un peu de patience car, avec le temps, les réactions excessives s’atténuent. N’oublions pas que seul l’enfant est un baromètre fiable. »

En effet, si le grand écart entre deux foyers est trop difficile à faire, l’enfant l’exprimera par son comportement davantage que par des mots : tristesse, colère, mutisme, repli sur soi, agressivité, troubles psychosomatiques… « Quand les symptômes se manifestent avec entêtement, il est nécessaire de s’interroger sur la façon dont il vit ce qu’on lui impose, poursuit Stéphane Clerget. Et si les conflits semblent trop importants ou si le dialogue est rompu, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à un professionnel. L’enfant qui se sent déjà coupable du divorce a tendance à prendre sur lui plutôt qu’à remettre en cause l’un de ses parents. »

Rester « parents malgré tout »

Les professionnels de l’enfance s’accordent tous sur un point : les seules différences éducatives qui perturbent en profondeur l’équilibre de l’enfant sont toujours celles qui prennent racine dans le rejet de l’autre parent. C’est le cas lorsque le couple parental a disparu avec le couple conjugal, et que les règlements de comptes et les rivalités priment sur le projet éducatif. « La coparentalité, c’est faire survivre le couple père-mère dans la tête et le cœur de l’enfant, rappelle Stéphane Clerget. Si ce couple reste vivant, même dans le conflit, l’enfant fera avec les différences de l’un et de l’autre. »

Mais rester « parents malgré tout » impose de garder un degré minimum de communication. Or, constatent les professionnels de la famille, trop souvent, c’est l’enfant qui est chargé de faire l’agent de liaison. Un rôle dont les adultes ne mesurent pas toujours les conséquences. « L’enfant messager se croit responsable de la parole qu’il porte, laquelle est rarement un compliment ou un salut amical, analyse Stéphane Clerget. Il se sent responsable de la colère, de la tristesse ou de l’agacement qu’il suscite en transmettant les messages et, avec le temps, il va finir par vivre sa propre parole comme potentiellement dangereuse. Ou alors il va “érotiser” cette fonction d’intermédiaire qui lui permet de s’imaginer prendre la place du père ou de la mère, ce qui est tout aussi ravageur pour lui. »

Selon Jocelyne Dahan, inutile pourtant de se forcer à se rencontrer lorsque la séparation a été très douloureuse pour l’un ou l’autre. « Afin de pouvoir s’entendre par la suite, il faut respecter le rythme et le travail de deuil de chacun, sans oublier toutefois qu’informer le coparent de tout ce qui concerne la vie de son enfant est un devoir et non une faveur ! » L’essentiel est que l’enfant sente que, au-delà des divergences qui les opposent et les séparent, son père et sa mère gardent un projet commun : lui assurer le meilleur présent et le meilleur avenir possible. Lorsque cette certitude, vitale, reste ancrée dans l’enfant, envers et contre tout, alors les parents peuvent se dire qu’ils n’ont pas trop mal rempli leur mission.

Témoignage

« C’est rigolo d’avoir deux maisons », Anatole, 10 ans

« Ça va faire quatre ans que mes parents sont séparés et je me suis complètement habitué à la garde alternée, même si, parfois, je préférerais ne pas avoir à changer de place. Ça m’énerve quand j’oublie quelque chose ou quand j’ai envie de voir mon autre parent. Parfois, je n’ai pas envie de repartir, parce que j’ai pris mes habitudes. Mais la plupart du temps, je trouve que c’est rigolo d’avoir deux maisons. Je vois d’autres gens, j’ai d’autres amis de quartier, d’autres affaires, que je redécouvre chaque semaine. Par exemple, ma chambre est beaucoup plus grande chez mon père ! Mes deux parents ont retrouvé quelqu’un dans leurs vies. La différence, c’est que, chez mon père, j’ai une petite sœur. Du coup, il y a toujours quelqu’un à la maison. Mais le week-end, on ne peut pas tellement sortir. Alors qu’avec ma mère, on bouge beaucoup plus, c’est mieux ! Ce qui est bien aussi chez mon père, c’est que je vais plus tard au lit et qu’on regarde toujours des films quand je n’ai pas école le lendemain, alors que chez ma mère, je me couche tôt. »

Source

Essayez 2houses pour votre famille

Nous vous offrons un essai de 14 jours pour tester nos services et améliorer votre vie de famille!

Commencer à utiliser 2houses!

Connexion

Email ou mot de passe invalide

Créer un compte avec mon adresse email
et commencer à utiliser 2houses