Blog

La vie conjugale et les réseaux sociaux

Garder un mariage heureux a toujours été un défi constant pour les couples. Dans le bon vieux temps, la “belle-mère” était la source de conflits dans bon nombre de mariages. Mais aujourd’hui, ce sont les réseaux sociaux qui mettent les mariages à l’épreuve. Selon Divorce-Online, un service juridique britannique, plus d’un tiers des divorces impliquent Facebook. L’American Academy of Matrimonial Lawyers rapporte que plus de 80% des avocats du divorce aux États-Unis voient une augmentation des actions en divorce impliquant des réseaux sociaux. Donc, avec les médias sociaux qui deviennent la forme universelle de communication, comment protéger votre relation ?

Ne publiez rien que vous puissiez regretter

C’est très tentant de vouloir exprimer toute la chaleur et la joie d’un mariage naissant. Avant l’Internet, on se confiait à sa/son meilleur(e) ami(e) autour d’une tasse de café. Pas de grandes implications si l’un ou l’autre mot aurait du être tu. Mais sur les médias sociaux, tout se passe en temps réel ! Et ce n’est plus juste avec un ou une amie que vous partagerez … c’est avec le monde entier. Pendant que vous cherchez un public qui valide vos griefs, vos amis et votre famille ne veulent peut-être pas partager ces informations – et probablement que tout ça vous retombera dessus.

Un bon exemple de partage abusif d’informations est cette femme qui a publié, tous les jours sur Facebook, des plaintes au sujet de son conjoint. Dans un premier temps, ses amis pensaient qu’elle était juste dans une mauvaise passe, qu’elle et son conjoint vivaient une période difficile. Les messages n’ont cessé et sont devenus de plus en plus toxiques et dérangeants. Ses amis, mal à l’aise, ont un par un coupé les ponts. Le couple a finalement divorcé.

Quelle que soit la nature de vos problèmes conjugaux, le partage sur les réseaux sociaux amène un sentiment de trahison et de manque de confiance. Les messages blessants n’apportent rien et vous empêchent d’aller de l’avant.

Pensez aux enfants

Si des commentaires peuvent mettre les adultes mal à l’aise, qu’en est-il des enfants qui ont accès à la page Facebook de leur papa ou leur maman ? En plus d’être très gênant, ça peut les forcer à choisir un camp et favoriser le sentiment d’insécurité. Les enfants ne devraient jamais être mêlés aux conflits conjugaux…sur le net ou ailleurs.

Fixez des limites précises à l’utilisation des médias sociaux 

Tout comme vous surveiller l’utilisation des médias sociaux par vos enfants, votre conjoint et vous devez définir des règles pour vous-mêmes. Rien ne doit être partagé avec le monde extérieur, sauf si vous êtes tous les deux d’accord … même les bons moments. Tout le monde n’a pas spécialement envie de voir les détails intimes de sa vie étalés sur le Web, ou même une photo anodine à vos yeux mais qui pourrait être embarrassante pour d’autres yeux.

Soyez prudent et attentif. Ne lier pas d’amitié avec tout le monde et n’importe qui. Comment vous sentir en sécurité en étant lié d’amitié avec des personnes de relations passées ? Abstenez-vous de poster des commentaires qui pourraient être mal interprétés. Mettez-vous d’accord sur le temps à octroyer sur les réseaux sociaux avant que celui-ci ne devienne un problème.

En partageant vos mots de passe Facebook avec votre conjoint, vous instaurerez la confiance et vous vous aiderez à rester dans les limites convenues. Rappelez-vous que l’ouverture et l’honnêteté aident à construire les bases d’un bon mariage. Et si vous ne pouvez pas poster quelque chose d’agréable … ne postez rien du tout !

Souscrivez dès maintenant à notre newsletter

et soyez informé en premier des nouveautés 2houses !

En aucun cas votre adresse ne sera communiquée à des tiers
Navigation

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer