Comment annoncer son divorce à ses enfants?

annoncer son divorce aux enfants - 2houses

Que faut-il dire à un enfant ?

Le message essentiel à faire passer, c’est que les parents ont pris la décision de divorcer parce qu’ils sont malheureux ensemble, et que cela se passerait mal à la maison, pour eux comme pour les enfants, s’ils ne se séparaient pas. Qu’il est certes plus agréable de vivre tous ensemble quand on s’aime, mais que lorsqu’on ne s’aime plus et que l’on se dispute en permanence, ce n’est plus vivable.

Il faut expliquer que l’essentiel est préservé : « Ce sont nos problèmes d’adultes, ce n’est pas de ta faute et nous veillerons à ce que cela se passe bien pour toi. Contrairement aux liens amoureux, les liens entre les parents, les frères et sœurs durent toute la vie. Ta mère sera toujours ta mère, ton père sera toujours ton père et, quand tu fonderas une famille, ils seront les grands-parents de tes enfants. »

 

Comment le rassurer ?

L’idée forte à faire passer est que l’on ne peut divorcer de ses enfants ! Le couple parental reste uni même si le couple conjugal est en crise. Pour que sa sécurité de base ne soit pas trop malmenée, un enfant doit sentir que l’intégrité du couple parental est maintenue et qu’il grandira entouré de l’appui maternel et de l’appui paternel dans leurs différences.

Il a besoin de savoir que ses deux parents seront responsables de son éducation et de son cadre de vie, qu’ils prendront ensemble les décisions le concernant, qu’il pourra voir son père et sa mère aussi souvent qu’il en aura besoin et qu’ils tiendront, dans la mesure du possible, un discours commun. Il est donc essentiel de se mettre d’accord sur l’organisation pratique de sa future vie avant de lui parler du divorce. Tant qu’il subsiste des désaccords sur les modalités de garde, mieux vaut ne rien dire.

 

Quand faut-il l’annoncer ?

Tous les couples traversent des crises et se retrouvent un jour au bord de la rupture. Beaucoup menacent de se séparer dans les moments d’exaspération mutuelle. Tant que les parents ne sont pas certains de divorcer, il ne sert à rien de l’évoquer. Sinon, l’enfant n’y comprend plus rien et risque de penser qu’il est de son ressort d’arranger la situation. Il développe un sentiment de toute-puissance, puis de culpabilité si ses parents finissent par se séparer.

Pendant la période où la relation se dégrade, mais où l’on ne prend pas encore la décision, on peut recourir à des formules comme : « Tu vois que cela ne va pas bien entre ton père et moi. Nous allons réfléchir tous les deux à ce que nous allons faire et nous te dirons ce qu’il en est dès que nous serons décidés. » Une fois la décision prise, les parents l’annonceront ensemble de préférence.

 

Faut-il prendre chaque enfant à part et adapter son discours à son âge ?

L’important, c’est de dire les choses le plus simplement possible, devant tous les enfants réunis. Les petits comme les grands ont droit à la vérité. Cette connaissance partagée de la situation, le fait de pouvoir en parler ensemble et de poser toutes les questions qui les tracassent, aideront la fratrie à mieux supporter l’épreuve…

 

N’est-il pas préférable de les ménager, en parlant d’abord d’une séparation momentanée ?

On peut être tenté, en disant qu’il s’agit d’une séparation provisoire, de ménager l’enfant mais, ce faisant, on lui demande implicitement d’être l’artisan de ces possibles retrouvailles… Et pour parvenir à cette réunification, l’enfant n’a d’autres solutions que de se fabriquer des symptômes. Si les choses ne sont pas claires, il ne va plus travailler à l’école, faire des cauchemars, se remettre à faire pipi au lit, trouver quelque chose de suffisamment inquiétant pour réunir ses parents autour de lui.

Doit-on lui demander son avis sur la façon dont sa nouvelle vie va s’organiser ?

Non, il faut que l’enfant sache que ce sont ses parents qui choisissent la meilleure solution pour lui. Lui demander de décider avec qui il veut rester, c’est le placer en position parentale et « l’insécuriser ». Là aussi, on se berce de l’idée qu’en faisant des choix, l’enfant va surmonter plus facilement l’angoisse ou la dépression liées à la séparation alors que, bien au contraire, on renforce implicitement le conflit de loyauté envers ses parents et la culpabilité inconsciente.

Un enfant ne doit jamais avoir à choisir entre son père et sa mère. En revanche, il a tout à fait le droit de dire : « Je veux rester avec papa ! » Au cours de son développement, tout enfant se rapproche de sa mère ou de son père par phases. Les périodes de conflit alternent avec l’un puis avec l’autre. Si nous suivons le désir de l’enfant, nous le privons de ces moments d’affrontement nécessaires à son développement.

 

Critiquer son conjoint devant l’enfant peut-il avoir de graves conséquences ?

En dévalorisant sa mère ou son père devant lui, c’est la moitié de l’enfant que l’on dévalorise. Son estime de soi est foulée aux pieds par ceux-là mêmes qui lui ont donné la vie. C’est tout à fait négatif pour son développement et pour ses choix amoureux futurs. Dire à son enfant : « Je n’oublie jamais qu’avec ton père nous nous sommes aimés et je respecte cet homme », c’est respecter la vie qui est en train de grandir. Le souvenir de ce respect mutuel l’aidera à traverser la dure épreuve de la séparation. Même si celle-ci suscite des conflits aigus, un enfant a besoin de savoir qu’il est le fruit du désir et de l’union de ses parents et que ces derniers ne regrettent jamais le moment où il a été conçu.

 

Est-il important que les parents se revoient avec les enfants ?

Il y a des séparations qui se font de façon adulte, sans coupure radicale, sans précipitation, sans haine. Dans ces cas-là, les parents peuvent passer des moments ensemble avec leurs enfants après le divorce. Mais il faut que la situation soit très claire. Car un enfant garde, pendant des années, l’espoir que ses parents se retrouvent et se remettent ensemble. Quand les parents demeurent trop « copains », il développe une « fantasmatique » envahissante sur les retrouvailles.

Faut-il cacher sa tristesse et prendre sur soi ?

On peut s’autoriser à être vrai, dire à son enfant que cette séparation est difficile et que l’on a du chagrin. Mais il faut surtout bien préciser que ce n’est pas à cause de lui que l’on est triste. Au contraire, il est essentiel de souligner que, grâce à lui, on trouvera le courage de s’en sortir et qu’il n’a pas à s’inquiéter même si, en ce moment, le moral est plutôt bas. Car l’enfant a tendance à se culpabiliser et à prendre la tristesse de ses parents sur ses épaules. De toute façon, même si la situation est dure à vivre, mieux vaut s’intéresser à la tristesse de l’enfant que de s’intéresser à la sienne propre.

 

Comment lui présenter les bons côtés de la situation ?

Essayer de lui présenter les choses sous un angle positif et joyeux avec des phrases comme : « Tu vas avoir deux maisons, deux fois plus de cadeaux à Noël ! Tu vas changer d’école et avoir de nouveaux copains », c’est lui mentir. Ça part peut-être d’un bon sentiment, mais c’est du déni. Tous ces films qui banalisent le processus de séparation, du genre “Génial, mes parents divorcent” (film de Patrick Braoudé, 1990), sont un peu pernicieux. Ils servent surtout à déculpabiliser les parents.

 

Pourtant, certains enfants semblent bien assumer la situation…

« Il le prend très bien ! Il n’y a aucun problème ! » s’exclament certains parents ravis. En fait, cette réaction montre que l’enfant développe des mécanismes de déni de sa propre souffrance. Les parents ont à veiller à ces attitudes qui font masque. Mieux vaut dire : « Un divorce, c’est difficile à supporter. Tu sais que tu peux toujours m’en parler si tu te sens triste. »

On voit très souvent, en consultation, des adolescents ou des adultes qui racontent qu’au moment du divorce, ils prenaient ça très bien, c’était formidable, ils avaient même l’air contents. Mais en fait, la blessure était là, cachée, et elle reparaît bien des années plus tard. Pour soutenir son père ou sa mère qu’il sentait effondré(e), pour les protéger, l’enfant a masqué son chagrin et il n’a pas pu, lui, être consolé.

 

Un enfant ne se sent-il pas soulagé de ne plus vivre avec des parents qui se disputent tout le temps ?

Quand la situation de crise est intense, le premier mouvement psychique de l’enfant est d’être soulagé. Mais plus en profondeur, il a un travail de deuil à faire par rapport à sa famille idéale d’origine. Après, il vivra autre chose, d’autres relations, mais il va falloir, d’abord, qu’il fasse le deuil de cette première famille.

A-t-on besoin d’un psy pour divorcer ?

Selon la psychanalyste Catherine Mathelin, il n’y a aucune obligation à consulter un psy lorsqu’on divorce. Un psychothérapeute peut donner des conseils pour réguler les conflits et trouver un accord ; il peut aider à éviter un certain nombre d’erreurs majeures et permettre à chacun de mettre des mots sur sa souffrance. Mais les parents doivent absolument se sortir de la tête cette idée fort répandue que, si on va chez le psy, le divorce passera comme une lettre à la poste ! De toute façon, un divorce est difficile et douloureux à vivre pour un enfant.

 

Réponses de Danièle Dalloz, psychanalyste, et Serge Hefez, thérapeute de couple, recueillis par Catherine Marchi pour psychologies.com

Essayez 2houses pour votre famille

Nous vous offrons un essai de 14 jours pour tester nos services et améliorer votre vie de famille!

Commencer à utiliser 2houses!

Connexion

Email ou mot de passe invalide

Créer un compte avec mon adresse email
et commencer à utiliser 2houses