Nous ne comprenons rien aux ados. Pourquoi ?

la communication avec les ados - 2houses

Tribu inquiétante et menaçante, les adolescents sont souvent considérés comme des aliens venus d’une autre planète. Or leurs comportements étranges peuvent être décodés, et nos réactions d’adultes aussi. Analyse d’un malentendu.

Parce que nous sommes jaloux

Comment accepter sereinement de voir son propre enfant devenir séduisant et mener une vie sexuelle ? « Lorsque nous disons que les adolescents ont des comportements étranges, avance Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, nous parlons de nous, de notre peur de vieillir, de notre angoisse de séparation avec ces futurs adultes. Cela vaut pour tous : médias, institutions, thérapeutes… »

Et cette peur s’exprime par des jugements négatifs, des rejets violents des adolescents, ce que Philippe Gutton, psychiatre, psychanalyste et directeur de la revue trimestrielle Adolescence, n’hésite pas à appeler « la provocation adulte ». Si on y ajoute une demande excessive faite aux ados d’être en forme, de s’intéresser à tout, de ne pas se mettre en colère, d’être performant à l’école – bref, de correspondre pleinement à l’attente adulte, sans laisser place à l’expression naissante de son individualité et de son individuation –, le clash et l’incompréhension sont au bout du chemin.

Yasmine, 19 ans, en est un bel exemple : « Mes parents sont divorcés. Jusqu’en troisième, tout se passait à peu près bien, normal, quoi… Ma belle-mère était plutôt sympa. Et puis j’ai grandi vachement vite. En un an, je me suis retrouvée avec une taille de 1,76 m et une poitrine imposante. Son attitude à elle a complètement changé. Elle est devenue agressive, elle faisait des réflexions sur mes fringues, mes copains… Mon père a fait celui qui ne s’apercevait de rien. Je ne l’ai pas supporté, je n’ai plus voulu aller chez lui le week-end. Et bien sûr, ç’a entraîné des engueulades monstres avec ma mère. Du coup, je me suis réfugiée dans mon monde. Je m’enfermais dans ma chambre, je ne voulais plus leur parler, et au lycée, ç’a été la chute libre… »

L’irruption de la « génitalité » (la sexualité) dans le corps et le psychisme des enfants provoque en effet une profonde modification chez les parents. Pour Philippe Gutton, comme pour Serge Hefez, François Marty et bien d’autres psychanalystes et psychiatres, cette notion est fondamentale. « Nul ne peut échapper à ce bouleversement des rapports, conscients et inconscients », insiste Serge Gutton, auteur de Moi, violent ? .

Toute l’ambivalence des attitudes adultes est là : dans le désir de conserver l’adolescent dans son statut d’enfant, tout en se plaçant inconsciemment dans une position de rivalité et de haine. Ce que Serge Hefez symbolise par l’histoire de Blanche-Neige, victime d’une belle-mère désireuse de faire disparaître la jeune fille afin de conserver son propre statut de séductrice.

Parce que ils font tout pour ne pas être compris

La période de l’adolescence est pour les jeunes celle de la création du moi, un moi autonome, différent de celui de leurs parents. Un moment de transformation si profond, si bouleversant que Philippe Gutton n’hésite pas à le comparer au processus de création artistique. L’apparition de cette nouvelle personne au sein de la famille ressemble ainsi à l’arrivée d’un étranger qui s’imposerait sans y être invité : « l’autre » surgit soudain.

Mais où est donc passé cet enfant que l’on a élevé et dont nous étions si proches ? Le voilà qui impose des conduites bizarres, s’essaie à de nouveaux comportements vestimentaires ou capillaires, se montre désagréable, se tient mal, fume comme un pompier, ricane à tout bout de champ, écoute sa musique à fond. Autant de provocations pour l’entourage adulte – les frères et sœurs perçoivent, eux, ces changements avec humour ou agacement, mais jamais comme une remise en question d’eux-mêmes.

Le langage devient lui aussi vecteur et expression de cette recherche. « Incapable de mettre des mots sur ce qu’il ressent, l’adolescent tente de temporiser, en tordant le sens de ceux qu’il employait jusque-là, explique Philippe Gutton. Alors que l’adulte tient à la signification littérale, lexicale des mots, qu’il veut plaquer sur le désordre qu’il entend. » Dès lors, le « malentendu » s’installe.
Maxime, 16 ans, en rigole : « J’adore parler à toute vitesse en verlan avec mes copains au téléphone, surtout devant mes parents. C’est trop cool, ça les “vénère” [énerve, ndlr]. » Juliette, 14 ans, ne supporte pas d’être obligée de parler « genre vieux » avec sa famille : « J’aime bien parler normal, comme nous. Mais mon père, quand je dis à ma mère : “Comment t’es trop bien habillée”, il me reprend : “Parle correctement !” Il crie, tout ça. Trop bête… »

Le paradoxe est là : les adolescents testent, tentent, cherchent, avancent par bonds et retours en arrière, se créent en se faisant opaques, mystérieux, par référence permanente à des territoires inconnus des adultes. Mais c’est au travers même de cette incompréhension voulue, de cette provocation qu’ils recherchent la preuve de leur existence en tant que moi. Car il s’agit d’obtenir une réponse, une réaction, une résistance, qui permette de vérifier que le changement est en cours.

Et de trouver les clés à l’incompréhension qu’eux-mêmes vivent à leur propre égard : pour eux, cette transformation est source d’interrogation, de sentiment de « familière étrangeté », pour plagier l’expression des surréalistes.

Parce que notre incompréhension les construit

Il ne s’agit plus pour les adultes de se placer dans une proximité trop grande, une éternelle « compréhension », source d’angoisse pour les ados. Ainsi Oriane, 15 ans, qui fait vêtements communs avec sa mère… celle-ci ayant imposé ce système pour de prétendues raisons d’économies. La jeune fille avoue rêver d’un « bout d’étagère à moi, avec que mes trucs à moi ». Il ne s’agit pas non plus de se figer dans une rigidité comportementale, sous prétexte que les adolescents ont besoin d’un « cadre » solide, mais au contraire de trouver des terrains de rencontre, d’échange.

Comment faire pour donner au jeune le soutien dont il a besoin, tout en lui offrant la possibilité de va-et-vient nécessaires à sa prise d’individualité (passages famille-hors famille), comment ne pas « le laisser dehors, ni le tenir enfermé » ? Comment lui offrir assez de souplesse pour que cette transformation majeure du « pubertaire » s’accomplisse ?

La réponse n’est jamais toute faite. Mais les spécialistes posent tous un préalable : les adultes doivent sortir de la fusion, ne pas se projeter sur leurs adolescents, trouver la bonne distance (ni trop, ni trop peu) et ne pas se sentir cause – c’est-à-dire coupable, car l’origine des deux mots est identique – de toutes ses difficultés. Celles-ci sont, pour une part, inévitables et nécessaires. Elles font partie de l’apprentissage. Les ados sont des êtres qui échappent aux adultes. C’est normal, et souhaitable.

Et leur changement s’opère d’autant plus harmonieusement que les adultes les entourant refusent d’entrer dans le jeu pernicieux de l’étiquetage… qui excite aussitôt le désir des jeunes de répondre par la « provoc ». Ce n’est pas de tout repos… mais cela en vaut la peine. Ne pas poser de questions intrusives, mais rester ouvert à la discussion sur un sujet d’actualité, par exemple, ou sur l’expression d’une révolte par rapport à l’autorité scolaire…

Pour Serge Hefez, « les adolescents attendent des adultes qu’ils parlent avec eux de tas de choses : de politique, de leurs propres souvenirs de jeunesse… A partir de ce moment, le jeune entre dans un bain de langage qui entoure la relation. Un ado qui parle de problèmes de société, d’actualité, qui cherche la discussion – même si elle passe par l’affrontement – est un ado qui va bien ». Parce que l’adolescence, c’est aussi cette magnifique période de la vie où tout arrive pour la première fois, celle du regard neuf sur le monde, celle de tous les possibles, celle de la pureté des sentiments (au sens où ils n’ont pas encore été usés par les années), des sensations fortes et aussi de la légèreté.

Les ados nous offrent une occasion de renouer avec cette part enfouie de nous-même, de remonter à notre propre source, sans retomber dans l’envie et la nostalgie de nos jeunes années. N’en ayons plus peur et ils en sortiront grandis…
(Christilla Pellé-Douël)

Elisabeth, 45 ans, mère de Shani, « Chez nous, ça passe beaucoup par la verbalisation »

« On a traversé des épisodes très classiques. Avec Shani, nous étions dans une opposition très nette. Je crois que les premiers signes sont apparus vers 12-13 ans. Il y a eu des velléités de maquillage, auxquelles j’ai mis le holà très vite, mais à 12 ans, elle a eu le droit d’aller à une fête jusqu’à minuit. Evidemment, je savais où et avec qui. Entre nous, il y a un contrat de confiance. Nous le respectons toutes les deux. Si je dis oui, je ne change pas d’avis. Si elle le rompt, elle sait que c’est fini.

L’autre pierre angulaire, c’est l’autonomie : je l’incite à se prendre en charge et à assumer les conséquences de ses actes. Je lui explique par exemple tous les dangers d’une consommation excessive d’alcool et ceux du cannabis. Et il n’y a pas, pour l’instant, de signes de transgression. Je n’interdis rien arbitrairement. J’explique toujours mes raisons, même si elles sont émotionnelles. Chez nous, ça passe beaucoup par la verbalisation. On s’engueule souvent. Mais pour moi, l’essentiel est de toujours accepter le dialogue, de laisser la porte ouverte. »

Shani, 17 ans, en terminale, « C’est nul, ce cliché sur l’apathie des ados ! »

« C’est vrai, il y a des moments durs dans l’adolescence. Au début, j’avais du mal à parler avec ma mère. Je criais pas mal. C’est quand même la période où on n’est pas très bien dans sa peau. On cherche, on essaie de trouver une personnalité à soi, on se découvre. Moi, je voulais plus de liberté sans être obligée de rendre des comptes. Aujourd’hui, ça va vraiment mieux. On communique bien, j’ai des rapports vraiment de confiance avec ma mère et je crois que c’est réciproque. J’adore discuter avec elle, de tout et de rien. Le contrat première embauche, le conflit israélo-palestinien, la politique… comme mes amis, je suis intéressée par de nombreux sujets, et j’ai des passions comme le théâtre ou la danse.

Il nous arrive souvent d’avoir des débats sur des sujets d’actualité. Ce que j’aime, c’est la diversité des opinions. C’est nul, ce cliché sur l’apathie et l’inculture des ados ! Ce qui est un peu difficile, c’est parfois d’avoir l’impression que, comme on est entiers, pas très nuancés, les adultes ne nous prennent pas au sérieux. »

par  Christilla Pellé Douel

source: Psychologies.com

Essayez 2houses pour votre famille

Nous vous offrons un essai de 14 jours pour tester nos services et améliorer votre vie de famille!

Testez-nous 14 jours gratuitement !

Ensuite $12.50 / mois sur base d'un paiement annuel

Connexion

Email ou mot de passe invalide

S'inscrire par email