Être un bon co-parent avec un(e) ex pour qui on a encore des sentiments

ex pour qui on a encore des sentiments

La séparation ne correspond pas toujours à la fin des sentiments. Le plus souvent, l’un des deux au moins ressent toujours de l’amour pour son ex. Pourtant, votre histoire est bel et bien finie. Ce qui vous relie aujourd’hui est votre amour commun pour votre enfant. Vous allez devoir former une équipe pendant de nombreuses années pour l’aider à grandir, surtout si vous avez opté pour la garde alternée. En gardant le bonheur de votre enfant au cœur de vos préoccupations, vous serez capable d’être un bon coparent !

Être un bon coparent, l’enjeu d’un divorce avec enfants

Avant la séparation, vos statuts respectifs dans l’éducation de votre enfant étaient clairement définis. Avec la fin de votre histoire d’amour, les cartes sont entièrement rebattues. Il va vous falloir construire une toute nouvelle relation, qui ne sera plus centrée sur le couple, mais plutôt sur l’enfant. Le but est de collaborer pour l’accompagner au mieux. On appelle cela la coparentalité.

Les enjeux de la coparentalité

Toutes les études le montrent : idéalement, un enfant a besoin de ses deux parents pour se construire. C’est pourquoi on privilégie de plus en plus la garde alternée en cas de séparation. Ce n’est pas toujours possible, et les cas de garde exclusive avec droit de visite sont toujours majoritaires. Même dans ce cas, il est toujours préférable que l’enfant puisse passer un maximum de temps avec le parent qui n’a pas la garde.

Mais voir chacun de ses parents n’est pas suffisant pour l’équilibre de l’enfant. Il a aussi besoin qu’ils s’entendent bien, et qu’ils fassent équipe pour assurer son bien-être physique et psychologique. C’est ce que signifie le concept de coparentalité : former un véritable duo parental pour élever ensemble votre enfant.

La garde alternée, une solution en cas de divorce avec enfants

Lorsque vous vous séparez, deux possibilités existent : la garde exclusive avec droit de visite, ou la garde alternée. Dans le premier cas, votre enfant habite chez l’un de vous. On parle de résidence habituelle. L’autre a le droit de le prendre chez lui un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires. Dans cette situation, la plus grande partie de l’éducation de votre enfant repose sur le parent qui a la garde. Cependant, il est important que le coparent joue tout de même un rôle.

Dans le cas de la garde alternée, votre enfant passe autant de temps chez l’un que chez l’autre. Vous êtes donc responsables ensemble de son éducation. Cela implique de faire des choix communs, afin de fixer un cadre cohérent entre les deux maisons. C’est dans cette situation que réussir sa coparentalité est le plus important.

Comment être un bon coparent ?

Une coparentalité harmonieuse implique avant tout beaucoup de communication. Vous allez devoir évoquer très régulièrement différents aspects de l’éducation de votre enfant. Cela comprend notamment toutes les questions pratiques : organisation des changements de garde, répartition des dépenses, gestion de l’école et des devoirs… Mais vous allez également devoir discuter de choses plus complexes : choix éducatifs importants, suivi psychologique de votre enfant s’il vit mal la situation…

Pour travailler main dans la main afin d’assurer le bien-être de votre enfant, il est indispensable de respecter votre coparent et ses choix. Vous allez devoir mettre en place une véritable collaboration, et mettre de côté les blessures et les rancunes. Ce n’est jamais facile, même lorsque les deux coparents ont bien accepté la séparation. Lorsque l’un des deux a toujours des sentiments, cela peut s’avérer encore plus compliqué.Choisissez un calendrier de garde alternée qui vous convient

Si vous aimez encore votre ex-conjoint(e), le ou la croiser plusieurs fois par semaine peut être déstabilisant. Dans un premier temps, mieux vaut trouver une solution qui évite au maximum ces rencontres.

Quel calendrier pour ne pas se croiser souvent ?

Il existe de nombreux calendriers de garde alternée. En fait, la loi française ne fixe aucune limite dans ce domaine. Tant que vous respectez les besoins de votre enfant, vous pouvez décider du rythme qui vous convient à vous et à votre coparent.

Certains plannings de garde imposent des changements de domiciles très fréquents, comme le planning 2-2-5-5 ou le calendrier 2-2-3. D’autres, comme le calendrier 1 semaine-1 semaine, sont synonymes de moins de rencontres. En fonction de l’âge de votre enfant, vous pouvez choisir le calendrier qui sera le plus facile à gérer pour vous.

Vous pouvez également faire en sorte de l’un de vous deux dépose votre enfant à l’école le matin, et que l’autre le récupère le soir. Cela vous évitera de vous croiser.

Bien entendu, cette solution doit être transitoire. Tôt ou tard, vous devrez recommencer à vous voir de temps en temps pour discuter de l’éducation de votre enfant.

Comment communiquer lorsque l’on ne se rencontre pas ?

Essayer d’éviter des rencontres douloureuses ne signifie pas que vous ne devez pas communiquer. Au contraire, cela reste primordial pour assurer le bien-être de votre enfant. Pour cela, vous pourriez choisir d’utiliser une application pour parents séparés. Cet outil va vous permettre de centraliser toutes les informations importantes : données médicales, taille de vêtements, pointures, coordonnées de l’école, des copains… Vous allez également avoir accès à un planning de garde en ligne, qui vous aidera à toujours savoir où vous en êtes et à gérer les changements éventuels. L’application comporte aussi un outil de gestion des dépenses communes. Enfin, vous pouvez y déposer les photos que vous voulez partager avec votre coparent. Grâce à tous ces outils, vous pourrez organiser totalement votre coparentalité sans avoir besoin de contacts fréquents.

Créez un accord de garde alternée

Mettez vos sentiments de côté pour décider ensemble la façon dont vous voulez organiser la garde alternée. Mieux vaut en discuter une fois pour toutes que d’être obligés de prendre des décisions dans l’urgence à chaque fois qu’une nouvelle situation se présente.

Si vous avez trop de mal à communiquer, tentez de passer par la médiation familiale. Le médiateur ou la médiatrice n’interviendra pas dans vos décisions. Il ou elle sera là pour vous aider à discuter dans un climat plus apaisé.

Les points à évoquer sont nombreux, et varient selon le mode de garde que vous aurez choisi. Toutefois, vous devriez au moins discuter des questions suivantes :

  • Quel calendrier de garde choisissez-vous ?
  • Comment allez-vous gérer les jours de changement de garde ?
  • Quelle organisation prévoyez-vous pour les vacances ?
  • Comment souhaitez-vous partager les dépenses courantes ?
  • Comment voulez-vous gérer les dépenses exceptionnelles (cadeaux, sorties…) ?
  • Quels moyens de communication souhaitez-vous utiliser, y compris pour les urgences ?
  • Combien de temps avant devez-vous prévenir l’autre en cas de changement de planning ?
  • Souhaitez-vous conserver des règles de vie et des routines communes pour votre enfant, et si oui lesquelles ?

Cette discussion risque d’être un moment plein d’émotions pour vous. Vous pourriez par la suite ne plus être sûr(e) de ce qui s’est vraiment dit. En fixant toutes vos décisions par écrit, vous en garderez une trace claire.

Construisez une nouvelle relation de coparents avec votre ex

Lorsque vous vous retrouvez face à votre ex, tous vos sentiments sont ravivés. Cette situation est douloureuse pour vous, et ne contribue pas à créer une coparentalité harmonieuse. Avec le temps, vous allez devoir bâtir une relation plus neutre, centrée sur votre enfant et plus sur vos sentiments.

Faites la différence entre l’ex et le coparent

Lorsque vous vous rencontrez pour parler de votre enfant, c’est le co-parent que vous savez en face de vous, pas l’ex. Essayez autant que possible de ne pas laisser la conversation dévier sur vos sentiments. Vous devriez parler uniquement de votre enfant et de ce qui le concerne directement. Pour cela, vous pourriez préparer par écrit la liste des sujets à aborder. Cela vous permettra de vous recentrer et limitera les risques que la conversation dérive.

L’idéal serait de réussir à voir votre coparent comme un partenaire dans l’éducation de votre enfant, et plus comme l’ex qui vous a brisé le cœur. Ce n’est pas facile, et cela prendra forcément du temps.

Si vous sentez que vous avez du mal à trouver cet équilibre, n’hésitez pas à consulter un(e) professionnel(le).

Respectez la vie privée de votre ex

Même si c’est douloureux, votre ex n’a plus aucun compte à vous rendre sur sa vie privée. Vous n’avez pas non plus à lui parler de la vôtre. Essayez de ne pas lui poser de questions. Bien entendu, ne transformez pas non plus votre enfant en espion en l’interrogeant sur ce qui se passe chez votre coparent.

Lorsque vous emmenez ou que vous allez chercher votre enfant chez votre ex, il vaut peut-être mieux éviter de rentrer. C’est d’autant plus vrai s’il ou elle habite encore le logement où vous avez vécu ensemble.

Dans un premier temps, choisir un lieu de rencontre neutre vous aidera sûrement à diminuer un peu la charge émotionnelle de ces rencontres. Fixez vos rendez-vous dans un endroit où vous n’aviez pas l’habitude d’aller avant.

Reprenez le contrôle de votre vie

Faire le deuil d’une relation n’est pas facile, surtout si ce n’est pas vous qui avez décidé d’y mettre fin. La tristesse et la colère accumulées ne peuvent pas vous aider à être un bon coparent. Il est nécessaire d’avancer, de reprendre confiance en vous et de retrouver l’équilibre dans votre nouvelle vie. Votre bonheur comme celui de votre enfant en dépendent.

Acceptez la séparation

La première étape de votre processus de reconstruction va être d’accepter la fin de votre couple. Cela peut prendre du temps, et nécessiter un accompagnement psychologique. N’ayez surtout pas peur d’aller voir un(e) spécialiste. Rechercher de l’aide n’est pas un signe de faiblesse. C’est au contraire la preuve que vous avez envie d’avancer, pour vous comme pour votre enfant.

Vous allez aussi avoir besoin de comprendre les raisons qui ont conduit à cette séparation. Le but n’est pas de désigner un coupable, mais plutôt d’ouvrir les yeux sur les comportements de chacun. Cela vous aidera à ne pas reproduire les mêmes schémas lorsque vous entamerez une nouvelle relation. Comprendre vous aidera aussi à vous pardonner vous-même, et à pardonner à votre ex. Vous pourrez ainsi créer une relation de coparentalité plus apaisée et bénéfique pour votre enfant.

Prenez soin de vous

Au quotidien, accordez-vous de petits moments de plaisir et de détente. Savourez un morceau de chocolat, prenez un bain chaud, regardez une série. Cela peut sembler futile, mais ces petits riens aident vraiment à rendre le quotidien plus léger.

Profitez des jours où votre enfant est avec votre coparent pour prévoir des sorties avec des ami(e)s, pour faire du sport ou pour aller au cinéma.

Donnez-vous du temps

Il est normal que vous vous sentiez triste et perdu(e) pendant un temps. Tout doucement, les choses vont devenir plus faciles à vivre. Prenez le temps de faire votre deuil. Vous avez le droit de ne pas rayonner de bonheur au bout de trois mois ! Entourez-vous de gens bienveillants qui seront prêts à vous écouter sans vous juger.

Que faire si vous pensez que votre ex a encore des sentiments aussi ?

Certains indices vous font penser que vos sentiments sont partagés, et que votre couple a encore une chance ? Ne précipitez pas les choses. Assurez-vous que vous ne vous faites pas des illusions, et que ce que vous prenez pour de l’amour n’est pas juste du respect et de la gentillesse.

Les sentiments ne peuvent pas disparaître du jour au lendemain juste parce que vous avez décidé de vous séparer. Vous avez vécu de belles choses ensemble, et vous êtes liés par votre parentalité commune. Il se peut que votre ex éprouve toujours une certaine tendresse pour vous. Cela ne veut pas forcément dire qu’il ou elle souhaite reprendre la relation.

Vous pensez que la flamme peut renaître ? Prenez votre temps, et reconstruisez doucement des liens solides. Si vous vous êtes séparés, c’est bien que certaines choses n’allaient pas entre vous. Pour avoir une chance de reformer un couple durable, il faudra vous assurer de régler d’abord ces problèmes. Vous pourriez par exemple vous faire aider par une conseillère conjugale. Cela vous aidera à repartir sur de bonnes bases, et à éviter de rentrer dans un cycle de séparations et retrouvailles à répétition. Cela serait difficile à vivre pour tout le monde, y compris pour vos enfants.

2houses facilite la vie des parents séparés

Créer un planning parental

Connexion

Email ou mot de passe invalide

Créer un compte avec mon adresse email
et commencer à utiliser 2houses